11 juin 2005

Le cumul des mandats ou Le bal des vampires, par Nicolas Sarkozy et consorts

Le gouvernement de Dominique de Villepin s'est donné pour mission première le recul du chomage. Une première piste immédiate, symbolique, aurait pu consister à sommer les cumulards de l'UMP de choisir entre leurs différents mandats. La présence de Nicolas Sarkozy dans ce gouvernement rend impossible cette démarche ; mieux, c'est bien de cette position qu'il entend jouer jusqu'en 2007.
Maryse Joissains-Massini (UMP), député-maire d'Aix-en-Provence, fournit à ce titre un intéressant exemple. Elue maire de la ville en 2001 à la surprise générale (le maire PS sortant n'avait pas daigné faire campagne), Maryse Joissains-Massini a obtenu, dans la foulée - aux législatives de 2002 - l'investiture de l'UMP alors que Jean-Bernard Raimond, ancien Ministre des affaires étrangères, député sortant, se prévalant d'abord d'une investiture du RPR, se rabattait sur l'UDF. Maryse Joissains-Massini emporta la primaire - le report des voix fonctionna - et fut élue. Elle cumula alors les fonctions, nommant à celles qu'elle ne pouvait occuper son mari et sa fille (cabinet et communauté urbaine).
Maryse Joissains-Massini est un cas d'école. Elle symbolise parfaitement cette vague UMP de députés primo-arrivants à l'Assemblée Nationale en 2002. L'humanisme sur lequel s'établit la concorde de l'après-guerre a peu de poids pour ces députés mais c'est bien plutôt en reprenant les idées du FN que ceux-ci espèrent durer politiquement. Ainsi la politique sécuritaire leur a permis force gesticulation.
Mais sur l'emploi ces députés ont aussi quelques idées ainsi le nom de Maryse Joissains-Massini est associé à quelques-uns des projets de lois les plus loufoques (loufoques car enterrés avant même examen par une commission régulière) que l'Assemblée Nationnale ait connus ces dernières années. L'intitulé du projet de loi se suffit à lui-même : "
Une proposition de loi autorisant les communes à proposer aux bénéficiaires du RMI un emploi pour réaliser des activités d'intérêt général". Maryse Joissains-Massini ne méconnait donc pas la notion d'intérêt général. C'est donc autre chose qui l'empêche de construire - ne serait-ce qu'un seul - logement social.

Avec de tels arguments, de tels pratiques, de tels affidés, la bataille pour l'emploi du gouvernement de Villepin est vouée à l'échec. La référence aux cent jours - à un échec lamentable de l'Histoire - est d'ailleurs un aveu stupéfiant (c'est d'un balcon, au bas du cours Mirabeau, que Napoléon Ier s'adressa à la foule aixoise, nous dit une plaque perdue dans les enseignes des agences immobilières et autres pharmaciens).

Posté par Leonard Dubini à 16:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Le cumul des mandats ou Le bal des vampires, par Nicolas Sarkozy et consorts

    Ah oui, tiens

    L'ombre de Napoleon plane tant sur notre inconscient collectif que l'on en oublierait en effet le desastre que furent ces "100 jours" pour leur fameux initiateur... Merci de ce rappel salutaire !

    Posté par Philippe, 15 juin 2005 à 08:27 | | Répondre
Nouveau commentaire