24 juin 2005

L'amour à deux mais à New-York (Sex and the city) - et sans Ministre

Le dernier "empêchement" de Nicolas Sarkozy a donné forme - ici et là - à des explications que seule la presse étrangère commente (Le Matin en Suisse, par exemple). De ces explications, les mots-clés "Cécilia", "Richard", "Attias", "amour", "New-York", "Publicis Events", "divorce", "Nicolas", "UMP" attirent l'attention.

Nicolas Sarkozy détonnait dans le milieu politique français par son atlantisme ; il l'avait poussé jusqu'à la dangereuse confusion des sphères privées et publiques. Ce coktail lui détonne au visage de la plus belle des façons : une amourette avec un publicitaire américain mandaté par l'UMP. Ceux qui n'ont traditionnellement aucun goût pour ce type d'histoires sont aujourd'hui réjouis, ses partisans, plein d'idées simples, consternés.

Ces jours-ci, "Sarkocu" fracasse un autre interdit : celui d'une alliance objective avec les idées et le style du FN. Ce cocktail n'est pas, là encore, du meilleur goût. Patience, la pente est forte.

Posté par Leonard Dubini à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'amour à deux mais à New-York (Sex and the city) - et sans Ministre

Nouveau commentaire