23 mai 2005

Jospin revient, oui, mais s'il se fait couper les cheveux...

Mardi soir, la performance télévisuelle de Lionel Jospin conditionnera le résultat du référendum sur l'adoption de la Constitution Européenne. Sans vouloir lui dicter son texte, je lui ferai part d'une observation que je crois capitale (comme ma présence là où ça barde).

Il y a trois semaines, lors du centenaire du PS, Lionel Jospin avait retrouvé toute son aura passé, tout son charisme, un charisme qui lui avait bien fait défaut lors de la campagne présidentielle. La formule aérienne, renvoyant aux trois âges du Président, ne peut tout expliquer. Il y avait quelque chose d'atteint, quelque chose de plus profond. C'est cet après-midi, alors que je dégustais une glace aux pruneaux, place Dauphine, que j'entrevoyais les ressorts secrets de cette perte subite de mana.

La superposition des photos de Lionel Jospin version 2002 version 2005 m'indiqua les raisons profondes de son échec : la longueur de ses cheveux. Sur l'une, en 2002, ses cheveux sont coupés courts, frisés, presque un caniche mesquin. Le Lionel Jospin de 2005, doué d'une tignasse nébuleuse et fournie, hypnotise l'assistance. Il la tient. Souhaitons que mardi, Jospin ne revisite pas l'histoire de Samson, suivant le conseil d'un communiquant : " tu devrais aller te les couper, Lionel".

Je procède ainsi, depuis toujours. Renaud aussi. Jamais je ne prendrai le risque d'arborer des cheveux courts, je ne serai plus l'intellectuel flamboyant qu'Alain Duhamel veut bien décrire dans son, dans mon, dans notre bon journal, mais ringard comme un Samson impuissant, une sorte de Plenel sans moustache, bref un véritable Alain Minc.

Posté par Leonard Dubini à 02:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Jospin revient, oui, mais s'il se fait couper les cheveux...

Nouveau commentaire