17 juin 2005

La recomposition, par Raymond Depardon, Magnum

Les dernières photos d'Ethiopie de Raymond Depardon, visibles dans son livre 7X3 (2004)*, respirent toutes d'un sentiment étrange, celui de la recomposition.Pourquoi recomposition ? D'abord, parce que la composition depardonnienne s'effectue habituellement en noir et blanc, ensuite parce que le sujet, l'Ethiopie, est traversé de tendances multiples. Les réseaux tribaux, les rites moyenâgeux (c'est du moins comme cela que nous y accédons), les modernités malhabiles se juxtaposent et forment des espaces, des situations à peu près... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2005

L'ennui (ou quelques Suites de Bach, Hôtel Maynier d'Oppède)

Trois semaines après le référendum, la France s'ennuie, bras ballants, se demandant sur qui cogner (les occasions sont rares, les électeurs l'avaient compris). La voilà replongée dans son quotidien : une vrai-fausse crise franco-britannique, un faux-vrai rapprochement franco-allemand plus quelques morts illustres ; Suzanne Flon, Carlo Maria Giulini.Toute la France ? Non, pas toute. Il y a bien Raffarin, frôlant les murs (l'aubaine de le croiser disponible). Il ne doit pas s'ennuyer celui là. Reste les festivals. Et le premier... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2005

Les pourboires de Bernadette Chirac, une Fable du Procope

Ce midi, au Procope*, le fils d'un ami me raconte ses années d'étudiant. Très vite, la discussion s'attarde à ses heures perdues en petits boulots.Il me raconte comment les pourboires sont interdits aux employés de Mac Donald's. Je m'insurge "quoi ! la charité est interdite aux clients de cette firme vertueuse ? " Aussitôt, il me rassure. "Les clients à l'aise peuvent toujours laisser leur menue monnaie à l'opération pièces jaunes." Bernadette Chirac touchant tous les pourboires des employés Mac Do de... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 20:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 juin 2005

Le népotisme de Jean-Pierre Raffarin

Chacun connaît le CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique) et ses missions (éditions des programmes scolaires, des documents d'accompagnements, etc...). L'institution fonctionne comme l'un des organes naturels du Ministère de l'Education.Jean-Pierre Raffarin décida, alors qu'il était premier ministre, de décentraliser le CNDP. Son choix se porta, un peu par hasard, sur Chasseneuil-du-Poitou. Ce qu'il ne savait pas (Jean-Pierre Raffarin ignore sans doute beaucoup de choses), c'est que le CNDP était déjà décentralisé... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 20:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 juin 2005

Claudel ou le déni de réalité, Cahier VIII (Journal)

Cet après-midi, travaillant beaucoup, m'ennuyant peu, j'optais pour une pause imméritée. J'attrapais le journal de Claudel, tome II, et filais directement là où ça barde : mai 1940 - novembre 1940. Pour Claudel, tout est très clair. Le 9 (ou 5) juillet, il écrit :Dans l'exposé des motifs, on reconnaît le mal fait par l'éducation sans Dieu. C'est toute l'Université, oeuvre de Napoléon, qu'il faudrait f. par terre. Toute l'idolâtrie classique.On déterre l'argenterie et mes manuscrits cachés par peur des Boches.Epouvantable ruine... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2005

Guy Roux, lecteur de Jean-Jacques Rousseau

Un soir de fin juin, perdu à Châlons-en-Champagne, j'écoutais, sur une radio locale, un long entretien avec Guy Roux. Dans la veine des meilleures émissions de France-Culture (A voix nue, Le bon plaisir, etc...), la journaliste s'attardait à l'homme privé.Guy Roux est un homme de qualité, comme d'autres sans doute dans le football. Cependant, chez Guy Roux, cette qualité éclate au grand jour. Elle est travaillée. Il ne s'agit pas d'un diamant brut comme Zidane, souvent empétré dans les pièges de sa sympathie verbale.Ainsi ... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2005

Le cumul des mandats ou Le bal des vampires, par Nicolas Sarkozy et consorts

Le gouvernement de Dominique de Villepin s'est donné pour mission première le recul du chomage. Une première piste immédiate, symbolique, aurait pu consister à sommer les cumulards de l'UMP de choisir entre leurs différents mandats. La présence de Nicolas Sarkozy dans ce gouvernement rend impossible cette démarche ; mieux, c'est bien de cette position qu'il entend jouer jusqu'en 2007.Maryse Joissains-Massini (UMP), député-maire d'Aix-en-Provence, fournit à ce titre un intéressant exemple. Elue maire de la ville en 2001 à la ... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 16:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 juin 2005

La Place, d'Annie Ernaux

Je referme La Place (1983) d'Annie Ernaux et m''étonne de la distance qui nous en sépare. Ce livre me paraît bien plus contemporain de Bonjour tristesse que de Révolutions.La Place, biographie concise d'un père, emprunte son style à Flaubert, celui d'Un coeur simple et plus lointainement, celui de L'éducation sentimentale. Mais le rapport d'Annie Ernaux à Flaubert n'est pas neutre, probablement complexe ; elle a grandit à Yvetot, la bourgade de Madame Bovary. On remarque tout de même que le classicisme de ce texte s'opère au... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2005

Le Débat ; comment enseigner le français ? (mai-août 2005, no.135)

Cet après-midi, je prenais connaissance de la dernière livraison de la revue de Pierre Nora, Le Débat (No.135). Ce numéro consacré à l'enseignement du français m'interessait particulièrement ; il constitue la charge de Gallimard et de sa Pléiade d'hommes de lettres voire de praticiens contre la dérive pédagogisante des programmes en vigueur au collège (depuis 1996) et au lycée (depuis 2000).   Le numéro s'ouvre sur un entretien avec Alain Viala, responsable de la réforme actuelle. La justification... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2005

La Côte sauvage, de Jean-René Huguenin, un roman balnéaire

Ce week-end, je lisais le seul roman d'Huguenin (1936-1962), La Côte sauvage (1960), assez proche thématiquement du Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Si le livre de Sagan impressionne par sa maîtrise précoce, le roman d'Huguenin fait preuve d'une inventivité prometteuse. Il y a entre l'intention et le procédé un espace où l'ambiguïté s'installe, phénomène rare tant les premiers livres sans audaces & secs de substances abondent (l'inversion de ce travers ne constitue, en aucun cas, un correctif).Julien Gracq, dans... [Lire la suite]
Posté par Leonard Dubini à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]