01 juin 2005

La fierté de Jean-Pierre Raffarin ou l'orgueil du pauvre

Mardi, lors de la passation de pouvoir, Jean-Pierre Raffarin évoquait sa fierté, fierté de l'action menée, fierté du fiasco de sa gouvernance mais aussi fierté brute, fierté pure, fierté bien moderne. Plus que tout autre chose, cette déclaration attira mon attention ; je n'aime pas tellement la fierté.

La fierté, aujourd'hui, nous la retrouvons partout, dans les stades, des tribunes se jaugent, sautant et braillant des slogans identitaires hostiles, dans la bouche d'adoslescents revendiquant leur part toujours plus grande de droits subjectifs (devenir la nouvelle star pour gagner mille fois plus que tous leurs parents réunis), mais aussi combustible indispensable des rubriques de faits divers.

Qu'est-ce que la fierté exactement ? Est-ce cette attitude de défi face à la provocation (et qui souvent provoque le pugilat, le crime de sang)? J'hésite. Je consulte mon TLF et que vois-je ? Fierté pêle-mêle. Caractère d'un animal fier, difficilement apprivoisable, caractère rude et impitoyable, sauvagerie (syn.), souci de sa dignité, respect de soi-même.

Une dimension de la fierté moderne me paraît totalement occulté, celle de la dignité. Digne, Raffarin aurait abandonné ses formules débilitantes, ses slogans empruntés (alors l'orgueil d'un travail accompli lui aurait été permis : il n'en est rien). Le mot dignité ne veut donc plus rien dire (les ados trichent, tabassent sans guère le soupçon même d'une faute, d'un interdit)*.

Le reste de la définition, expurgé de la dignité, demeure proprement effrayant (l'homme fier, c'est le chien affamé dans la meute, prêt à fondre sur sa proie ou sur ses congénères ; le discernement n'est pas son fort). Mais soyons rassurés. Cette définition, c'est à peu près celle en vigueur aujourd'hui.

*On remarquera que le Président de la République, conscient de sa dignité, aurait dû dissoudre. L'orgueil (ainsi qu'une certaine noblesse) du Général De Gaulle l'avait conduit à démissionner : le Président ne fera ni l'un ni l'autre, le Président est moderne, il a sa fierté, il s'accroche.

Posté par Leonard Dubini à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La fierté de Jean-Pierre Raffarin ou l'orgueil du pauvre

Nouveau commentaire