24 mai 2005

Bonjour tristesse de Françoise Sagan (1)

Ce week-end, j'ai lu Bonjour tristesse (1954) de Françoise Sagan. Dans l'une des piles des livres de poche d'Arielle, il y en avait un, plus vieux, plus misérable que les autres. C'était Bonjour Tristesse, un livre imprimé au troisième trimestre de 1965, plus de dix ans avant ma naissance. Jusqu'alors, je ne savais pas que les livres pouvaient aussi saisir l'odeur d'une époque - et marquer la distance qui nous en sépare. La quatrième de couverture était orange, comme la tranche, dont les pages étaient, principe du livre de poche (dont se démarqua folio au début des années 1970), artificiellement colorées, outrancièrement voyantes, jaune, bleue, marron, rose et souvent, il faut bien l'avouer, contre le goût le plus élémentaire, un livre pour jeunes gogos.
Cependant, pour Bonjour tristesse, le vieillissement s'est opéré avec ironie : les pages, livre ouvert, n'ont pas jaunies mais mutées vers l'orange avec ce gradient décroissant vers l'intérieur, vers le creux du texte, accomplissant ainsi la métamorphose suggérée. Dernier sortilège de ces vieux poches qui s'obtiennent pour rien chez les bouquinistes, le nom, en haut à gauche, en page de garde, du premier possesseur ; le nom d'une (jeune) fille d'alors.

Posté par Leonard Dubini à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Bonjour tristesse de Françoise Sagan (1)

    Adieu jeunesse

    « […] un livre imprimé au troisième trimestre de 1965, plus de dix ans avant ma naissance. […]»
    Vous avez moins de 30 ans ?
    Vous faites plus vieux…
    Pierre Granet

    Posté par Pierre Granet, 26 mai 2005 à 00:33 | | Répondre
Nouveau commentaire